Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

La hanche

Étiologie de la coxarthrose

060928080255.jpg
060928080255.jpg

- Insuffisance de couverture du cotyle : dans ce cas, le cotyle qui transmet le poids du corps sur la tête fémorale est de surface trop réduite. Il en résulte une augmentation des contraintes en compression sur la surface d'appui cotyle-tête fémorale. Cette situation associée à une surcharge pondérale sera à l'origine d'une destruction prématurée du cartilage articulaire.

Les causes de l'apparition de lésions arthrosiques de la hanche sont multiples, parfois, associées, expliquant la survenue de lésions dégénératives très invalidantes chez des patients encore jeunes et actifs.

 

- Lésions arthrosiques post-traumatiques : ne représentent pas l'origine la plus fréquente des lésions arthrosiques de la hanche. La fracture articulaire avec déplacement du cotyle ou de la tête fémorale impliquera l'atteinte du cartilage articulaire en regard du foyer de fracture. Le bouleversement chondral sera d'autant plus important que la lésion fracturaire est constituée de fragments multiples et de petite taille. Une intervention chirurgicale a pu être mise en œuvre pour repositionner de façon parfaite les fragments lors du traumatisme initial. Les capacités médiocres de cicatrisation aboutiront à un tissu cartilagineux irrégulier au relief abrasif, propre à blesser le cartilage sain qui lui fait face, et à entretenir l'évolution dégénérative.

 

060928080013.jpg
060928080013.jpg

Dysplasie coxo fémorale

 

Coxa Valga : toute anomalie congénitale aboutissant à la modification des conditions anatomiques normales est à même de générer l'apparition d'une coxarthrose par la modification des contraintes mécaniques que l'articulation de la hanche ne peut tolérer.

 

L'angle entre la diaphyse et le col fémoral définit le positionnement de la tête vis-à-vis du cotyle. Si cet angle et trop ouvert, la tête fémorale se positionne de façon excentrée par rapport au centre du cotyle, aboutissant à une réduction des surfaces d'appui cotyle-fémur, favorisant l'apparition de lésions dégénératives à ce niveau. (Cf schéma).

060928080628.jpg
060928080628.jpg

- Protrusion acétabulaire : la protrusion acétabulaire en théorie représente une situation anatomique favorable à la protection du cartilage par augmentation des surfaces de contact. En pratique, cette situation engendre des lésions dégénératives cotyloïdienne. ( Cf schéma protrusion acétabulaire).

- Séquelles d'épiphysiolyse et d'ostéochondrite

Ces maladies de croissance de l'épiphyse ou les atteintes vasculaires partielles de la tête fémorale auront pour conséquence de modifier les rapports anatomiques normaux entre le cotyle et la tête fémorale. Les contraintes mécaniques de l'articulation de la hanche étant considérables, la moindre imperfection de congruence entre les deux extrémités osseuses aboutira à une altération du cartilage articulaire, produisant au fil des années des lésions arthrosiques de plus en plus mal tolérées.

 

- Luxation de l'articulation de la hanche

La luxation ou "déboîtement" de l'articulation de la hanche produit de graves dommages capsulaires ligamentaires et vasculaires. Malgré le repositionnement de la tête fémorale dans le cotyle, les lésions créées par le traumatisme sont définitives et peuvent perturber gravement les conditions physiologiques de l'articulation engendrant en particulier une dévascularisation de la tête fémorale à l'origine d'une nécrose de cette dernière (Cf chapitre suivant), propre à créer les conditions d'une coxarthrose.

 

- Nécrose de hanche

C'est la conséquence de la dévascularisation totale ou partielle de la tête fémorale. La nécrose de hanche se définit comme l'atteinte irréversible du tissu osseux et cartilagineux dans la zone qui a subi la dévascularisation. Il en résultat l'apparition d'un tissu de moindre résistance qui ne permettra plus d'assumer les contraintes mécaniques liées au poids du corps et à l'énergie cinétique engendrées par le mouvement. Anatomiquement, la surface "utile" de la tête fémorale se réduit aboutissant à un transfert de pression sur les zones demeurées saines créant alors les conditions pour la survenue de lésions arthrosiques qui diffuseront à l'ensemble de l'articulation.

 

Une nécrose de hanche peut être la conséquence d'une fracture du col fémoral, d'une luxation de la hanche. Certains traitements sont susceptibles de la favoriser (corticothérapie, chimiothérapie). L'hypercholestérolémie, le diabète, l'intoxication tabagique représentent également des facteurs favorisants classiques de la nécrose de hanche. Si aucune cause évidente n'est retrouvée, on parle de nécrose de hanche idiopathique. L'atteinte est malheureusement souvent bilatérale.

 

- Surcharge pondérale et sollicitations mécaniques excessives

Ces deux facteurs ne semblent pas être à l'origine de la pathologie dégénérative de la hanche. Toutefois, si cette dernière est constituée, ils en précipitent l'évolution et l'intolérance fonctionnelle.

 

- Facteurs familiaux

Il est classique de constater la fréquence de la maladie coxarthrosique dans certaines familles,éventuellement en l'absence de facteurs anatomiques favorisants. L'atteinte intéresse avec la même fréquence hommes et femmes. L'apparition de la maladie est volontiers précoce.

 

- Coxarthrose primitive

Nous parlons de coxarthrose primitive lorsque la maladie survient en l'absence de facteurs favorisants ou congénitaux. La pathologie est alors inaugurale dans une famille où aucun antécédent de maladie dégénérative de la hanche n'est observé.