Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Techniques de pose et suites opératoires :

L’implantation d’une prothèse totale de cheville est basée sur les mêmes principes que celle des prothèses des autres articulations. Le chirurgien dispose d’un ancillaire (ensemble des instruments qui permettent d’optimiser le positionnement de la prothèse), de prothèses d’essai adaptées au côté opéré et aux différentes tailles possibles qui varient avec la morphologie du patient.

Par rapport aux implantations prothétiques hanches et genoux, l’opération de la cheville est considérée comme plus technique et elle doit aboutir, en tout état de cause, à un positionnement idéal des implants qui sont soumis à des contraintes mécaniques majeures. Cette rigueur est le meilleur garant de la pérennité des implants à long terme.

L’opération peut être réalisée en procédure ambulatoire ou à la faveur d’un hébergement très bref. Elle s’effectue selon les habitudes de l’équipe chirurgicale sous rachianesthésie ou sous anesthésie générale.

La prise en charge de la douleur est gérée par la réalisation par l’anesthésiste, en début d’intervention, d’un blocage de l’activité sensorielle des nerfs destiné à l’innervation de la cheville et du pied.

Dans notre pratique, la fermeture s’effectue sans drainage. Le rapprochement cutané est réalisé par des fils totalement résorbables ce qui supprime la contrainte de réalisation de pansements afin de limiter les risques infectieux.

Si l’appui immédiat postopératoire est autorisé, il est le plus souvent recommandé de mettre en place une immobilisation de la cheville par une résine légère afin d’éviter les sollicitations excessives sur la peau pour aider la cicatrisation.

Il est recommandé également de garder le membre inférieur surélevé, dans la mesure du possible, dans les premiers jours qui suivent le geste chirurgical.

A l’ablation de la résine, la rééducation de la cheville est entreprise. Il s’agit d’une rééducation légère dont l’étape primaire et essentielle consiste simplement par la remise en mobilité de l’articulation lors de la marche.