Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Le pied

Évolution de l'hallux valgus non traité

Les quelques éléments et physiopathologiques rapportés au chapitre définition aident à comprendre pourquoi, dès lors que la déformation a pris naissance, cette dernière est globalement irréversible.

 

L'évolution s'effectue généralement par poussées correspondant anatomiquement à une aggravation des lésions ligamentaires et capsulaires. Les poussées évolutives s'accompagnent généralement d'une augmentation de la gêne douloureuse, parfois de réactions inflammatoires locales.

 

L'évolution est d'autant plus rapide que la pathologie évolue dans un contexte familial, et que le début apparaît précocement dans la vie. Un pied qui reste stable et parfaitement aligné à l'âge de 50 ans, a toutes les chances de le rester.

Le surmenage physique et sportif, les contraintes mécaniques excessives imposées par certaines chaussures sur l'avant-pied peuvent être à l'origine d'une évolutivité plus importante de la déformation.

 

L'évolution spontanée s'accompagne de manifestations cliniques et anatomiques qui par ordre de gravité intéresseront :

 

- la peau : l'apparition d'une réaction inflammatoire à la face interne de la MP1 est liée au contact et à l'irritation par la chaussure. Une bursite au contenu liquidien peut se constituer. L'atteinte cutanée peut se compliquer d'une fistulisation exposant alors la MP1 à un risque infectieux.

 

- l'articulation MP1 : au début, simple déformation articulaire, l'hallux valgus pourra se compliquer d'atteinte arthrosique en rapport avec les contraintes mécaniques anormales imposées par la déformation.

 

- l'articulation de la MP2 : nous avons exposé plus haut (chapitre " Définition") les raisons pour lesquelles la 2e articulation métatarso-phalangienne était sollicitée mécaniquement de façon excessive. Ces contraintes aboutissent à la subluxation puis à un véritable "déboîtement " métatarso-phalangien, lui-même à l'origine de lésions cartilagineuses irréversibles.

 

- les autres articulations métatarso-phalangiennes : par le même procédé, ces dernières pourront être le siège de détérioration mais de façon moins fréquente que pour la MP2.

 

- les orteils : une déformation réductible, puis définitive des orteils apparaîtra à la faveur du jeu néfaste des tendons des orteils. Ces atteintes majoreront les difficultés de chaussage en créant des zones de conflit cutané en regard des articulations interphalangiennes sur la face dorsale, particulièrement au niveau du 2e orteil (durillons)