Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Le pied

Étiologie de l'hallus valgus

Malgré les nombreux travaux conduits depuis plus d'un demi-siècle, l'origine de l'hallux valgus ne trouve pas de réponse satisfaisante et univoque.

Tout au plus, peut on reconnaître des "facteurs favorisants" qui peuvent s'associer pour expliquer la plus grande fréquence de survenue de cette pathologie chez certains patients. Nous énumérerons les principaux de ces facteurs. La réalité de certains relève plus de l'analyse subjective que d'une étude scientifique reproductible.

 

- Terrain familial :

Il semble exister incontestablement une prédisposition ou un terrain familial expliquant la fréquence de cette affection dans une même famille, ( ascendants, collatéraux). Pour ces familles, le pourcentage d'atteinte bilatérale est très important.

 

- Laxité ligamentaire constitutionnelle :

L'examen clinique de l'avant-pied permet d'apprécier des formes d'hallux valgus évoluant dans le cadre de laxité ligamentaire excessive. Cette prédisposition ligamentaire affecte parfois de façon associée, pour le même patient, d'autres articulations ( main, épaule, genou).

 

- Facteurs anatomiques :

Isolés ou associés ces facteurs peuvent aboutir à des conditions mécaniques défavorables pour la stabilité de la MP1 à long terme.

 

. obliquité de l'articulation cunéo-métatarsienne : Une obliquité trop interne de la surface de cette articulation pour certains favoriserait la survenue du métatarsus varus et donc de l'hallux valgus.

. longueur relative du 1er rayon métatarsien : Lorsque le 1er rayon du pied est le plus long ( avant-pied égyptien) les contraintes mécaniques avec la chaussure, au niveau de la pulpe du 1er orteil, pourrait favoriser l'inclinaison externe de celui-ci. Certains chirurgiens placent au cœur de leur stratégie chirurgicale la longueur du 1er rayon, alors que d'autres pensent que ce facteur mécanique est très accessoire se refusant à pratiquer des raccourcissements du premier orteil lors de la prise en charge opératoire.

. aspect de l'articulation métatarso-sésamoïdienne : La face plantaire de la tête métatarsienne en forme de"V" constitue pour les deux sésamoïdes une sorte de rail participant au maintien de ces derniers en bonne position. L'aplatissement de la face articulaire plantaire de la tête de M1 peut participer à l'instabilité des sésamoïdes et donc à la constitution d'un hallux valgus.

. prédisposition capsulaire et tendineuse : La fragilité des éléments capsulaires qui participent à la cohésion de l'articulation, ou encore un déséquilibre entre l'ensemble des tendons contribuant à la mobilité de la MP1 , peuvent être à l'origine d'une déformation du 1er rayon. Ces facteurs capsulo-tendineux sont toujours difficiles à évaluer, sauf lorsqu'ils s'intègrent dans le cadre de véritable syndrome malformatif intéressant alors d'autres articulations.

 

- Facteurs hormonaux : la nette prédominance de cette pathologie chez la femme ( 90 à 95%) peut logiquement évoquer le rôle des hormones féminines par le relâchement ligamentaire qu'elles induisent dans la genèse de certains hallux valgus.

 

- Hallux valgus et maladie inflammatoire : certaines maladies inflammatoires de système (polyarthrite chronique évolutive ) peuvent constituer des facteurs favorisants incontestables pour la naissance d'un hallux valgus. Il s'agit alors de déformations souvent très évolutives et complexes aboutissant à une désorganisation de tout l'avant-pied.

 

- Hallux valgus de l'enfant : qualifiées de "congénitales" ces formes peuvent apparaître dès l'âge de 6 ou 8 ans, le plus souvent dans un contexte familial. D'une façon générale, le pronostic d'aggravation de la déformation est d'autant plus important que l'hallux valgus se manifeste tôt dans la vie. Il n'existe pas malheureusement aucune prévention efficace à cette pathologie de l'avant-pied.

 

- Modalités de chaussage et hallux valgus : Il est habituel de dire que si la chaussure ne crée pas la déformation, en revanche, les avant-pieds disposés verront leur rapidité de déformation potentialisé par des chaussures inadaptées. Les chaussures étroites et à talons hauts, augmentent les contraintes mécaniques sur l'avant-pied, sollicitant de ce fait les éléments de stabilisation capsulaires et ligamentaires de la MP1.

 

- Hallux valgus idiopathique : Pour un pourcentage important de patients, la déformation se manifeste comme un cas apparemment isolé et inaugural au sein d'une famille sans antécédent connu. Pour ces cas, on ne retrouve aucun des facteurs favorisants habituels.