Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Le genou

Signes cliniques

a – Lésion aiguë.

 

L'interrogatoire rapporte les circonstances du traumatisme initial, souvent sportif. Ce premier épisode ayant abouti au positionnement du genou dans une situation extrême de VFE ( Cf chapitre évolution spontanée).

 

Le plus souvent le patient a ressenti un phénomène de craquement, une sensation de déboîtement ou de "décalage" latéral du genou suivi d'une "réintégration". Parfois, le blessé en voulant reprendre appui après l'accident revit une manifestation d'instabilité similaire.

 

La douleur d'intensité variable s'accompagne d'une sensation de chaleur intra-articulaire et de gonflement. Ce dernier peut être discret. Il ne sera alors constaté que dans les heures qui suivent le traumatisme. En cas de blessure sportive, l'intéressé est dans l'obligation de quitter le terrain. La boiterie est constante.

 

L'épanchement articulaire a pu être ponctionné. Un liquide hématique est alors très suspect de lésion ligamentaire.

 

L'examen local du genou confirmera la topographie de la douleur, l'épanchement articulaire ( hydarthrose ou hémarthrose). En l'absence de douleurs extrêmes, nous disposons de tests cliniques d'analyse ligamentaire déterminants ( pathognomoniques) quant à l'existence d'une lésion du ligament croisé antérieur. Il s'agit du test de "Lackman" ( étude du déplacement antérieur du tibia par rapport au fémur en extension ) ainsi que du "jerk-test" ou "pivot shift" (analyse de l'excès de mobilité de la partie extérieure du genou par rapport au compartiment interne). La recherche de ce second test reproduit la sensation d'instabilité ou de déboîtement que le patient a vécu lors de la constitution de la lésion. Le test est parfois difficile à reproduire en raison de l'appréhension qu'il suscite auprès du patient.

 

b- Lésion chronique

 

Dans cette hypothèse, l'examen clinique est généralement plus simple, la douleur étant moins intense. Le patient consulte pour un épisode d'entorse. En fait, l'interrogatoire permettra de rapporter cet épisode d'instabilité à un traumatisme initial parfois très ancien qui a même pu être oublié par le patient mais qui est indiscutablement le point de départ de la pathologie ligamentaire qui porte le blessé à consulter.

 

L'examen local permettra de positiver le test de Lackman ainsi que le jerk-test. Cet examen recherchera des signes de complication de la laxité chronique ( syndrome méniscal, lésions dégénératives débutantes).