Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Signes cliniques des lésions méniscales

Deux tableaux cliniques permettent d'orienter de façon déterminante le diagnostic entre une lésion aiguë et une lésion dégénérative ou chronique. 

 

1 – Les lésions méniscales aiguës.

 

Le blocage méniscal. Cette forme demeure la moins fréquente mais très évocatrice d'une lésion par déchirure méniscale. Le patient se trouve dans l'impossibilité, en raison d'une gêne douloureuse et mécanique, de retrouver l'allongement complet de son genou après une période de flexion.

 

Le mouvement de flexion demeure possible. En revanche, on ne peut obtenir la rectitude du genou comparativement à l'articulaire saine. Tout mouvement d'hyper allongement reproduit une douleur très vive.

 

Ce blocage peut survenir à la faveur d'un mouvement anodin. Le blocage peut être inaugural de la maladie ou déjà connu du patient. Le patient pourra retrouver la plénitude de ses mouvements soit à la faveur d'une manœuvre spécifique combinant flexion et torsion de l'articulation, soit spontanément au décours d'une période de repos, d'une nuit de sommeil par exemple.

 

Le blocage est la conséquence de l'incarcération d'un fragment méniscal entre un condyle et le plateau tibial.

 

Le blocage s'accompagne ou est suivi très régulièrement d'une impression de gonflement articulaire (hydarthrose).

 

La durée du blocage peut être relativement brève. Les douleurs vont alors s'estomper pour disparaître presque totalement en quelques jours, aidées en cela par la prise d'antalgiques et d'anti-inflammatoires.

 

2 – Les lésions méniscales chroniques.

 

En l'absence de blocage franc ou d'épisode analogue rapporté par le patient, le diagnostic de lésion méniscale est plus délicat. Parfois, le diagnostic errera pendant plusieurs mois ou années s'apparentant à des séquelles d'entorses ou à une "tendinite". Dans ces cas, le chirurgien lors de l'intervention découvrira plus volontiers des lésions dégénératives postérieures pour le ménisque interne et antérieures pour le ménisque externe.

 

La pratique de sports d'endurance génère volontiers des lésions de cette nature.

Qu'il s'agisse de lésions aiguës ou chroniques le médecin dispose de tests cliniques combinant notamment des mouvements de flexion et de torsion du squelette jambier pour approcher au mieux le diagnostic.