Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Le pied

Signes cliniques de l'hallux valgus

Deux situations cliniques peuvent être distinguées : l'hallux valgus isolé et l'hallux valgus compliqué de déformations sur les autres rayons.

Photo d'un Hallux Valgus modéré non opéré
Photo d'un Hallux Valgus modéré non opéré

 

 

Photographie d'un Hallux Valgus peu marqué.

Photo d'un Hallux Valgus sévère non opéré
Photo d'un Hallux Valgus sévère non opéré

Photographie d'un Hallux Valgus sévère avec retentissement sur le 2e et 3e orteil.

1- Hallux valgus isolé

Plus que la modification de la forme extérieure du pied, c'est volontiers la gêne douloureuse au chaussage qui motive la première consultation. La douleur a pu être présente lorsque la déformation s'est constituée, cette dernière réapparaissant à la faveur des poussées évolutives.

 

Elle est souvent décrite par le patient davantage comme une gêne, une impression de fatigue, de contracture, d'ankylose lors de la station verticale prolongée ou à l'occasion des longues marches. Les difficultés de chaussage apparaissent avec l'accroissement de la déformation, imposant un choix sélectif et restreint des chaussures compatibles avec la forme de l'avant-pied, la chaussure se déformant au rythme de l'aggravation de l'hallux valgus.

 

Parfois l'apparition de complications cutanées à la face interne de la MP1 incitera le patient à solliciter un avis médical ( inflammation cutanée, bursite, phlyctène, fistulisation).

 

L'examen physique confirmera facilement le diagnostic en définissant le niveau de l'angulation entre le 1er métatarsien et la phalange, confirmant la conservation de la souplesse et donc l'absence d'hallux rigidus associé. S'il possède un podoscope, le médecin pourra procéder à un examen podoscopique afin d'apprécier en appui, les répartitions de pression sur l'avant-pied et en particulier au niveau du 2e rayon métatarso-phalangien. L'examen clinique du reste de l'avant-pied confirmera l'absence de lésions associées.

 

2 – Hallux valgus compliqué

Le patient se sait porteur d'une déformation du 1er rayon depuis de nombreuses années. Cette dernière avec le temps a pu devenir moins douloureuse, d'autant que le patient a adapté ses possibilités de chaussage à la morphologie de son avant-pied.

 

Malheureusement, une complication intéressant les autres rayons est venue émailler l'évolution. La 2e articulation métatarso-phalangienne peut être le siège d'une poussée douloureuse avec inflammation locale et surtout apparition d'une mobilité antéro-postérieure excessive, mieux visible en appui. La forme extrême aboutit à une véritable dislocation dorsale du 2e orteil par rapport au 2e rayon métatarsien. Cette situation induit, outre les difficultés de chaussage supplémentaires, une gêne douloureuse permanente qui limite la marche, malgré la prise éventuelle d'antalgique ou d'anti-inflammatoire.

 

C'est dans ces cas que l'on observe avec le plus de fréquence des déformations fixées des orteils appelées orteils en" griffes", orteils en "col de cygne", orteils en "marteau". L'étude podoscopique confirmera la présence d'un retentissement sous la forme d'hyperpression sous les têtes métatarsiennes moyennes avec larges plaques de corne ( hyperkératose). La tentative d'abrasion de ces zones d'épaississement corné s'accompagne d'une reproduction de l'hyperkératose à la même place en quelques semaines.

 

Dans les formes les plus achevées, l'avant-pied est le siège de déformation sur l'ensemble des rayons. Les articulations sont fixées par les processus arthrosiques et les dislocations articulaires (luxations invétérées). Les orteils se chevauchent, rendant le chaussage impossible.