Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

TRAITEMENT :

1- Les lésions ligamentaires de la cheville :

a) Traitement des entorses récentes :

Il s’agit d’aboutir à une cicatrisation parfaite des lésions initiales afin de ne pas laisser évoluer l’articulation, par défaut de cicatrisation, vers une instabilité chronique permanente.

Ces traitements vont du traitement conservateur incluant rééducation avec physiothérapie et hydrothérapie, récupération des sensations proprioceptives, immobilisation partielle de l’articulation par des attelles amovibles jusqu’à, pour les entorses les plus sérieuses, une suppression stricte et absolue de l’appui pour une période de 35 à 45 jours.

Les atteintes sévères avec déchirure capsulaire et ligamentaire authentifiée peuvent faire l’objet d’un traitement chirurgical en urgence différée, notamment pour les patients les plus jeunes et pour les sportifs avérés. Dans ce cas, le traitement consiste, dans le cadre d’une procédure ambulatoire, à suturer les différents éléments rompus par le traumatisme et à faire suivre cette réparation d’une immobilisation par résine pour une période de 35 jours avec suppression d’appui les trois premières semaines. A l’ablation de la résine, la rééducation, insistant notamment sur la récupération des sensations proprioceptives, sera effectuée. La reprise des activités sportives intervient en général dans les dix semaines qui suivent le traumatisme initial.

b) Traitement des lésions ligamentaires chroniques :

En cas d’instabilité chronique ligamentaire de la cheville, qui se traduit pour le patient par la répétition d’épisodes de « pseudo-entorses », un traitement chirurgical peut être proposé. Le but est de mettre un terme aux épisodes d’entorses de la cheville qui s’accompagnent d’interruptions répétées des activités, et surtout de limiter le risque de décompensation arthrosique de la cheville dans le futur.

Plusieurs techniques chirurgicales peuvent être proposées au patient. Les premières techniques utilisaient les tendons de la cheville pour compenser les atteintes ligamentaires. La tendance actuelle consiste à conserver les tendons et à «remettre en tension » la capsule articulaire et les ligaments originaux de la cheville. La récupération globale par rapport aux entorses récentes est plus longue, la reprise du sport ne pouvant s’effectuer dans de bonnes conditions avant le 3ème mois postopératoire.

Nous disposons de techniques qui donnent des résultats excellents sur la restitution de la stabilité de la cheville. Mais il est important de noter que même une réparation parfaite ne met pas à l’abri le patient d’un traumatisme ultérieur pouvant aboutir à une nouvelle détérioration.