Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Le genou

Résultats

Si l'instabilité était associée à des épisodes de blocages liés à une atteinte méniscale, alors ces derniers disparaîtront en raison du traitement effectué lors du temps arthroscopique.

 

La réparation du ligament croisé déficient aboutira à la restitution d'un genou stable, c'est-à-dire à la disparition des épisodes d'insécurité qui ont motivé le patient dans sa démarche thérapeutique.

 

Il convient de rappeler que la stabilité subjective ne sera réellement recouvrée que lorsque le patient aura retrouvé une masse musculaire du côté opéré identique à celle qu'il possède du côté sain.

 

Si la plastie intra-articulaire n'a pas été positionnée de façon idéal, elle peut être soumise à des contraintes mécaniques anormales pouvant aboutir à sa distension, voire même à une nouvelle rupture. Un positionnement optimal du néoligament, conduit sous endoscopie, permet de limiter de façon majeure cette évolution fâcheuse.

 

Soulignons que la réparation d'un ligament n'exclut pas la survenue d'une rupture itérative, alors que la qualité de la ligamentoplastie était parfaite. En effet, un traumatisme appliqué au niveau de l'articulation opérée, de même nature que celui qui a provoqué le premier accident, aura bien évidemment le même effet sur la ligamentoplastie. Il ne s'agit pas alors d'un échec de la technique mais d'une circonstance étiologique malheureuse qui peut conduire à une ré-intervention.

 

Pour les patients sportifs, possédant une lésion ligamentaire isolée ou associée à de simples atteintes méniscales, le retour à la compétition sera possible. Ce retour à la pratique sportive sera d'autant plus rapide que la puissance musculaire du membre inférieur sera retrouvée. La motivation individuelle constitue un facteur déterminant quant à l'aptitude du patient à retrouver le niveau de performance avant la blessure.

 

Dans l'hypothèse où le résultat sur le plan fonctionnel serait considéré par le patient comme partiel, dès lors que le genou a retrouvé objectivement sa stabilité, il est logique d'espérer que le potentiel dégénératif à long terme sera réduit par l'intervention stabilisatrice subie.