Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Le genou

Complications post-opératoires des lésions méniscales

Les complications liées à la méthode sont exceptionnelles. Elles devront être distinguées de l'évolution naturelle d'un genou comportant des lésions associées, ligamentaires ou pré-arthrosiques qui malheureusement peuvent évoluer pour leur propre compte.

 

Nous citerons par ordre de gravité croissante les manifestations cliniques temporaires résolutives et banales. L'arthrite aiguë, quant à elle, demeure exceptionnelle.

 

Hydarthrose : L'épanchement articulaire post-opératoire est le plus souvent totalement résolutif en une dizaine de jours. Parfois, l'épanchement abondant induisant douleurs et limitation de la flexion pourra mettre plusieurs mois pour disparaître. L'évolution est souvent capricieuse avec augmentation et diminution de volume au gré de l'activité physique. La ponction évacuatrice, si elle est pratiquée, s'avèrera stérile. La persistance de cet épanchement peut faire craindre un syndrome algodystrophique.

 

Sensibilité sur les orifices d'arthroscopie : Il est habituel de constater une sensibilité avec épaississement et petite tuméfaction sur les orifices d'arthroscopie. Les massages superficiels et la recherche de l'hyperflexion viennent toujours à bout de cette gêne qui peut persister deux ou trois mois.

 

La raideur du genou : Elle est très rare si le genou n'est pas le siège de lésions associées et pourra nécessiter la prescription de quelques séances de rééducation dans la perspective de retrouver une flexion complète.

 

Complications veineuses : L'absence de suppression d'appui post-opératoire, l'absence d'alitement font que cette complication est le plus souvent la conséquence d'un terrain prédisposé avec des facteurs de risques dont le chirurgien doit tenir compte en prescrivant un traitement anticoagulant plus efficace et plus prolongé qu'habituellement.

 

Algodystrophie : Complication banale de toute chirurgie articulaire. Sa fréquence est faible. Le traitement n'en n'est pas spécifique.

Malheureusement elle peut ternir le résultat d'une intervention pourtant réputée pour la simplicité de ses suites, en générant raideur et douleurs résiduelles.

 

L'arthrite aiguë : C'est la complication la plus redoutable quant au pronostic fonctionnel. Elle demeure exceptionnelle en raison du volume du liquide utilisé pour la toilette articulaire et de la fiabilité du matériel chirurgical mis à disposition (matériel à usage unique). La fréquence de cette complication aiguë est accrue par certains facteurs ( artérite, diabète, intoxication tabagique chronique,.).