Français
Français
Anglais
Anglais

Docteur Joël MIRBEY

Tél : 03.80.30.26.03


Docteur Frédéric GIVRY

Tél : 03.80.30.99.15

Epaule douloureuse

Raideur articulaire du genou

Définition

Est appelée raideur articulaire, une limitation des amplitudes en extension ou en flexion quelle qu'en soit l'origine. Physiologiquement, l'extension de l'articulation est complète alors que la flexion permet de porter le talon au contact de la fesse.

Étiologie de la raideur articulaire du genou

De nombreuses pathologies peuvent aboutir à une limitation de la souplesse articulaire.

Les lésions arthrosiques du genou évoluées aboutissent à une perte progressive de l'extension et de la flexion. Cette perte de mobilité s'explique par l'atteinte du cartilage. La lésion extrême représente la disparition totale par zone du tissu cartilagineux. Il en résulte des conditions mécaniques défavorables aboutissant à la mise en contact directe de structures osseuses au revêtement rugueux limitant dès lors la mobilité.

 

Ce processus arthrosique va aussi créer la raideur par les corps étrangers qu'il peut libérer dans l'articulation.

 

Un épaississement et une rétraction fibreuse de la membrane synoviale peuvent avoir pour conséquence une limitation de la souplesse du genou. Ces lésions peuvent apparaître au décours de lésions traumatiques, ligamentaires ou osseuses, d'un syndrome algodystrophique, d'une rééducation post-opératoire conduite de façon insuffisante.

Signes cliniques des raideurs articulaires du genou

Outre les symptômes liés à l'affection causale, la raideur se définit par une impossibilité d'obtenir l'allongement complet du genou (rectitude) ou par une limitation des capacités de flexion comparativement au membre sain.

Évolution des raideurs du genou mal traitées

La sévérité d'une raideur articulaire du genou est directement dépendante de l'étiologie et des nouvelles conditions mécaniques imposées à l'articulation pathologique ( lésions ligamentaires associées, destruction cartilagineuse, fibrose péri-articulaire,).

 

Le traitement de la raideur articulaire est avant tout préventif (réduction des processus inflammatoires cicatriciels, rééducation adaptée, prévention de l'algodystrophie).

 

Lorsque la raideur n'a pu être évitée par le traitement médical, son pronostic est d'autant plus sévère qu'elle est ancienne.

 

Lorsque l'inflammation liée à la cicatrisation a disparu, la raideur se stabilise, générant un handicap plus ou moins important, suivant le secteur de perte de souplesse (extension ou flexion). Si le patient juge le handicap intolérable et après un bilan clinique et paraclinique adapté, une solution chirurgicale pourra être proposée visant à redonner une partie de la mobilité articulaire perdue.

Traitement chirurgical des raideurs articulaires du genou

Dans des indications précises, une arthrolyse du genou sous arthroscopie pourra être proposée au patient. L'arthrolyse consistera à procéder à la libération, au "décollement" des zones d'adhérence. Ce geste a pour objet de restituer au mieux les espaces de glissement du genou.

 

L'exploration permettra également de vérifier l'ensemble des structures intra-articulaires (régularité des surfaces cartilagineuses, état des ligaments, recherche de corps étrangers)

Indisponibilité et réhabilitation

L'incapacité temporaire totale est fonction de l'origine de la raideur articulaire. Elle sera plus longue que pour une ménisectomie arthroscopique. L'opération sera toujours suivie de rééducation.

Complications post-opératoires des raideurs articulaires du genou

Comparativement à la ménisectomie arthroscopique, l'arthrolyse arthroscopique génère naturellement des réactions hydarthrosiques et inflammatoires plus importantes. L'incapacité temporaire totale est toujours plus longue que pour une arthroscopie pour lésion méniscal ou ablation de corps étranger.

Résultats

Le gain d'amplitudes à espérer est directement fonction de l'ancienneté de la raideur mais également de la pathologie à l'origine de cette dernière. Un gain d'extension d'une dizaine de degrés et une progression de la flexion de 20 à 30° peuvent être considérés comme un bon résultat pour ce type de chirurgie